Conférence Débat avec Laurence NUGUES

AIbEiAIAAABECPiY-4CT8-fu2QEiC3ZjYXJkX3Bob3RvKihiOGIzZDlkMmRkMjgzYThhYWU3ZTJkZmE1MTNjNTI1ZmFlZGU1OTk0MAFvyuT1BOhb0t0UAybRbAsRdSgDWw[1]http://laurencenugues.wix.com/laurencenugues          

Conférence débat

Ce mardi 22 septembre, en deux sessions qui ont regroupé une quarantaine de parents, une très enrichissante rencontre s’est tenue à l’école sur le thème de la communication parents-enfants.

« Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent »

A l’initiative de l’école et organisée par l’association famill’amie, durant une heure, les émotions de l’enfant ont été « décortiquées » et des corrections d’attitude envers eux ont été proposées en mettant les parents en situation.

« Un enfant qui se sent bien agit bien »

Il est primordial pour les parents d’écouter avec attention les émotions des enfants qui peuvent générer trois types de réaction:

  • agresser
  • fuir
  • se figer Il peut être fait appel à l’imaginaire « j’aimerais avoir le pouvoir de faire mûrir la banane pour toi » L’enfant a besoin de remplir son réservoir d’amour et c’est à ce moment là que cela pourra être fait. Lui consacrer un moment personnel qui lui est réservé et uniquement à lui, fait de discussions, d’échanges, de détection d’émotions, de câlins, de preuves d’amour et d’attachement.Plutôt que lui dire « Dépêche toi de te brosser les dents on est en retard dire : « On doit partir dans 5 mn, qu’est ce qu’il te reste à faire? ».
  • Ne pas oublier qu’un enfant a besoin de routine, aussi pour les plus jeunes il est essentiel mais aussi ludique de répertorier sur une fiche une liste de tâches à accomplir qui peut, pour les plus petits, être agrémentée de dessins ou pictogrammes faits par l’enfant, par exemple le matin:
  • Dans un autre registre il faut aider l’enfant à développer son pourvoir personnel c’est à dire que c’est lui qui devient maître de la situation par le choix qui lui est donné. Il faut remplacer les ordres par des questions.
  • L’accent a été mis sur l’utilité de consacrer « un temps dédié » d’une dizaine de minutes à l’enfant. Un moment qui lui est entièrement consacré et complètement différent de l’histoire du soir qui a également son importance. Choisir le moment de ce « temps dédié » en fonction des besoins repérés de l’enfant.
  • Il est donc nécessaire de décrypter les émotions et surtout de contrôler les réponses. Dans un premier temps, il importe d’attendre que l’émotion soit passée afin de ne pas parler sous l’emprise de nos ressentis personnels. Ensuite, nommer cette émotion «  tu dois être déçu », « ça doit faire très mal » …
  • je déjeune
  • je me débarbouille
  • je me m’habille
  • je me coiffe
  • je me brosse les dents Il importe donc de changer la manière de parler à l’enfant sans oublier que jusqu’à environ 8 ans il ne comprend pas la négation. Il faut donc intégrer cette notion et transformer le langage de la forme négative à la forme affirmative à savoir:ou  « n’enlève pas ta casquette »  en « au soleil tu gardes ta casquette, à l’ombre tu peux l’enlever »Alors grands et petits prenons plus de 7 secondes pour ouvrir nos bras et notre coeur… donnons une place importante aux câlins ils apportent tant de bonheur…
  • Quoi qu’il en soit, garder en mémoire que ce qui calme les enfants (voire les adultes) c’est le câlin sans oublier qu’il doit durer au minimum 7 secondes pour qu’il libère l’ocytocyne ou l’hormone d’amour et du plaisir…
  • changer « n’ouvre pas la porte » en « la porte doit rester fermée »
  • Dans le cas présent l’enfant saura que juste avant de partir c’est le brossage des dents qui est l’ultime tâche à accomplir et la déterminera tout seul sans en recevoir l’ordre formel.

http://laurencenugues.wix.com/laurencenugues          

juillet 2014

Dans la cour de l’école…

CIMG0199 2 CIMG0201 2 CIMG0202 2 CIMG0203 2 CIMG0204 2 CIMG0206 2

Publicités